Menu Fermer

Mini-culte : lumière de Dieu en moi.

Prière pour accueillir Dieu dans ma vie

Seigneur, me voici devant toi
pour te rencontrer
alors que déjà tu es là.

Tu sais tout de moi
et j’ai confiance en toi,
car tu es un Seigneur de pardon et de bonté.
Tu me connais et tu sais mes attentes.

J’ai besoin de te savoir proche de moi,
car ta présence me rassure
et m’aide à garder
en tout temps l’espérance.

Parle à mon cœur et ravive en moi
la vie que tu me donnes comme un cadeau.

Que ton Esprit m’éclaire et me permette
de comprendre ce que tu attends de moi en ce moment.
Puisse ta paix et ta joie demeurer en moi,
pour ta gloire et pour mon bien.
Amen.

Prière pour s’ouvrir à la Parole de Dieu

Notre Dieu
Dieu proche et aimant,
Tu nous parles.
Tu nous parles par les circonstances
Et les événements de notre vie.
Tu nous parles par la nature
Et la beauté de ta création.
Tu nous parles
Par les hommes et les femmes
Que nous rencontrons.
Tu nous parles surtout
Par la vie de ton Fils
À laquelle la Bible renvoie.
Que la lecture de la Bible
Nous soit profitable
Et que ton Esprit ouvre notre intelligence
Notre raison comme nos émotions.
Amen !

Lecture biblique : Jean 9, 1-41 [TOB]

1 En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance. 2  Ses disciples lui posèrent cette question : « Rabbi, qui a péché pour qu’il soit né aveugle, lui ou ses parents ? » 3  Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents. Mais c’est pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui ! 4  Tant qu’il fait jour, il nous faut travailler aux œuvres de celui qui m’a envoyé : la nuit vient où personne ne peut travailler ; 5  aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. » 6  Ayant ainsi parlé, Jésus cracha à terre, fit de la boue avec la salive et l’appliqua sur les yeux de l’aveugle ; 7  et il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » — ce qui signifie Envoyé. L’aveugle y alla, il se lava et, à son retour, il voyait.
    8 Les gens du voisinage et ceux qui auparavant avaient l’habitude de le voir-car c’était un mendiant-disaient : « N’est-ce pas celui qui était assis à mendier ? » 9  Les uns disaient : « C’est bien lui ! » D’autres disaient : « Mais non, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais l’aveugle affirmait : « C’est bien moi. » 10  Ils lui dirent donc : « Et alors, tes yeux, comment se sont-ils ouverts ? » 11  Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, m’en a frotté les yeux et m’a dit : Va à Siloé et lave-toi. Alors moi, j’y suis allé, je me suis lavé et j’ai retrouvé la vue. » 12  Ils lui dirent : « Où est-il, celui-là ? » Il répondit : « Je n’en sais rien. »
    13 On conduisit chez les Pharisiens celui qui avait été aveugle. 14  Or c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. 15  A leur tour, les Pharisiens lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Il leur répondit : « Il m’a appliqué de la boue sur les yeux, je me suis lavé, je vois. » 16  Parmi les Pharisiens, les uns disaient : « Cet individu n’observe pas le sabbat, il n’est donc pas de Dieu. » Mais d’autres disaient : « Comment un homme pécheur aurait-il le pouvoir d’opérer de tels signes ? » Et c’était la division entre eux. 17  Alors, ils s’adressèrent à nouveau à l’aveugle : « Et toi, que dis-tu de celui qui t’a ouvert les yeux ? » Il répondit : « C’est un prophète. » 18  Mais tant qu’ils n’eurent pas convoqué ses parents, les Juifs refusèrent de croire qu’il avait été aveugle et qu’il avait recouvré la vue. 19  Ils posèrent cette question aux parents : « Cet homme est-il bien votre fils dont vous prétendez qu’il est né aveugle ? Alors comment voit-il maintenant ? » 20  Les parents leur répondirent : « Nous sommes certains que c’est bien notre fils et qu’il est né aveugle. 21  Comment maintenant il voit, nous l’ignorons. Qui lui a ouvert les yeux ? Nous l’ignorons. Interrogez-le, il est assez grand, qu’il s’explique lui-même à son sujet ! » 22  Ses parents parlèrent ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. Ceux-ci étaient déjà convenus d’exclure de la synagogue quiconque confesserait que Jésus est le Christ. 23  Voilà pourquoi les parents dirent : « Il est assez grand, interrogez-le. » 24  Une seconde fois, les Pharisiens appelèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. » 25  Il leur répondit : « Je ne sais si c’est un pécheur ; je ne sais qu’une chose : j’étais aveugle et maintenant je vois. » 26  Ils lui dirent : « Que t’a-t-il fait ? Comment t’a-t-il ouvert les yeux ? » 27  Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà raconté, mais vous n’avez pas écouté ! Pourquoi voulez-vous l’entendre encore une fois ? N’auriez-vous pas le désir de devenir ses disciples vous aussi ? » 28  Les Pharisiens se mirent alors à l’injurier et ils disaient : « C’est toi qui es son disciple ! Nous, nous sommes disciples de Moïse. 29  Nous savons que Dieu a parlé à Moïse tandis que celui-là, nous ne savons pas d’où il est ! » 30  L’homme leur répondit : « C’est bien là, en effet, l’étonnant : que vous ne sachiez pas d’où il est, alors qu’il m’a ouvert les yeux ! 31  Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs ; mais si un homme est pieux et fait sa volonté, Dieu l’exauce. 32  Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle de naissance. 33  Si cet homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » 34  Ils ripostèrent : « Tu n’es que péché depuis ta naissance et tu viens nous faire la leçon ! »; et ils le jetèrent dehors.
35 Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé. Il vint alors le trouver et lui dit : « Crois-tu, toi, au Fils de l’homme ? » 36  Et lui de répondre : « Qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? » 37  Jésus lui dit : « Eh bien ! Tu l’as vu, c’est celui qui te parle. » 38  L’homme dit : « Je crois, Seigneur » et il se prosterna devant lui.
    39 Et Jésus dit alors : « C’est pour un jugement que je suis venu dans le monde, pour que ceux qui ne voyaient pas voient, et que ceux qui voyaient deviennent aveugles. » 40  Les Pharisiens qui étaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Est-ce que, par hasard, nous serions des aveugles, nous aussi ? » 41  Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais à présent vous dites nous voyons : votre péché demeure. »

Message

Les disciples voyant cet aveugle mendier – car quand on est aveugle il ne reste que la mendicité pour vivre – pose la question de la faute : qui a péché pour que cet homme soit aveugle ? L’image que l’on a de Dieu est celle d’un Dieu impitoyable qui punit l’humain et ce dernier porte la tare durant son existence de cette punition divine. Ce mode de pensée peut être très confortable, surtout si on est en bonne santé. Or Jésus va montrer de quelle manière les disciples ont besoin de recevoir un éclairage nouveau pour changer de regard sur cet homme et sur Dieu lui-même.
Mieux encore, il va leur donner une leçon de vie par la pratique : terre, salive… en appliquant ce mélange qui rappelle la terre (adama en hébreu) de laquelle Dieu façonne l’homme (adam en hébreu). C’est un acte recréateur que Jésus exerce pour façonner une autre image de l’amour de Dieu. Le mendiant en effet ira, sur l’ordre de Jésus, se laver à la piscine de Siloé (qui signifie « envoyé ») pour être envoyé vers sa guérison. Par cet envoi, Jésus fait passer un message aux messagers que sont les disciples qui assistent à cette réhabilitation de l’aveugle, mais aussi à l’aveugle-guéri qui deviendra malgré lui un nouveau messager de Jésus. Il suffit pour cela d’entendre ce qui se dit entre l’aveugle-guéri et les gens du voisinage qui ne comprennent plus rien à cette nouvelle situation. Pire sera la mé-compréhension des Pharisiens face à cet avorton de naissance qui semble faire une leçon de théologie à ces érudits de haut vol. Une vraie farce que Jésus fait à tous nos préjugés sur l’autre. Cet autre que nous enfermons peu ou prou dans nos catégories, dans des boites. Et quand cet étrange personnage, ici l’aveugle-guéri, sort de la boite dans laquelle nous l’avons enfermé à double tour, paf, ça nous saute à la figure :  nos préjugés sont d’un ridicule désopilant.
Tout ce récit parle de cécité spirituelle et humaine. Tout ce récit montre notre possible incapacité de croire ce qui pourtant saute aux yeux, à savoir : Dieu nous aime d’une tendresse infinie et nous accepte tels que nous sommes, point à la ligne. Ce message est lumineux, pour autant que nous ouvrions les yeux de notre entendement et de notre cœur.

Prière d’intercession

Comme l’aveugle de ce récit de rencontre avec Jésus,
j’ai besoin, Seigneur, de laver mon regard et ma vie
pour mieux comprendre
que ton amour et ton pardon
n’ont pas de limite.

Fort de cela, je te prie pour les personnes
que tu m’as confié,
ma famille, mes amis, mes collègues de travail.
Je te remets également,
en ces temps d’incertitude,
les autorités qui doivent prendre des décisions importantes
afin que tu leur donne sagesse et courage.

Je te prie pour les personnes malades
et pour le personnel accompagnant,
pour les personnes qui doivent rester chez elle
et celles qui s’en occupent.
Dans la confiance, je remets, Seigneur,
toute chose à ta bienveillance
au nom de Jésus.
Amen.