Menu Fermer

L’Esprit qui append à aimer.

Avant de quitter ce monde Jésus enseigne ses disciples et amis sur ce qui est essentiel et qui nous porte vers le plus vivant de l’existence. Son enseignement peut encore nous parler. Ecoutons plutôt :

« Celui qui a mes commandements et qui les observe, celui-là m’aime : or celui qui m’aime sera aimé de mon Père et, à mon tour, moi je l’aimerai et je me manifesterai à lui. »
Jude, non pas Judas l’Iscariote, lui dit : « Seigneur, comment se fait-il que tu aies à te manifester à nous et non pas au monde ? » Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il observera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui et nous établirons chez lui notre demeure. Celui qui ne m’aime pas n’observe pas mes paroles ; or, cette parole que vous entendez, elle n’est pas de moi mais du Père qui m’a envoyé. Je vous ai dit ces choses tandis que je demeurais auprès de vous ; le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit. »
(Jean 14, 21-26)

Est-ce que Jésus répond bien à la demande de Jude ? Ce dernier demande pourquoi Jésus ne se manifeste-t-il pas directement au monde ? Or Jésus lui répond deux choses : il parle d’amour et de l’envoi d’un paraclet.

Un paraclet, qu’est-ce ? En grec, le mot paraclet désigne un défenseur, un avocat, quelqu’un capable de prendre votre défense quand on a besoin d’être aidé. En fait c’est le Saint Esprit qui viendra en aide aux croyants dès la Pentecôte et tout au long de leur vie. Jésus ne sera plus présent physiquement et viendra par son Esprit donner vie et courage à l’Eglise du Christ, c’est-à-dire à tous les croyants de tous les temps. L’Esprit console, aide, soutient… et permet de mieux comprendre qui est Jésus une fois qu’il est retourné dans son lieu d’origine, vers son Père.

Pourquoi l’amour et pas un plan de bataille pour lutter contre le mal ? Jésus est accroché à l’amour parce qu’il sait que toutes les autres voies ont échoué. Ni la contrainte, ni la menace, ni l’appartenance à un peuple élu, ni encore l’intelligence humaine… rien ne permet à l’humain de vaincre le mal. Seul l’amour en est capable. Et l’amour s’exprime par les commandements du Christ auxquels ont se soumet par désir de le suivre et de lui obéir. Or les commandements du Christ sont semblables et différents des commandements de la Loi mosaïque. Obéir à la Loi est voué à l’échec, car faillir à un seul des commandements c’est faillir à tous les commandements. C’est pourquoi le Christ parle de commandements d’amour, le fameux double commandement « tu aimeras le Seigneur et ton prochain comme toi-même ».

Quand on écoute ce passage de l’évangile de Jean on entend bien cet enchaînement entre le Christ et les disciples, entre Jésus et son Père, et enfin entre les disciples et le Père éternel. Ce lien est présent par l’amour. Et celui qui va animer ce lien et lui donner une dynamique durable, c’est l’Esprit.

Oui, l’Esprit est promis pour jouer ce rôle unique de rendre vivant et présent le Christ au sein de la communauté des croyant.es et d’insuffler la parole de Jésus non pas comme un vieux texte du passé, mais comme un parole de vie pour les croyant.es de toutes les époques qui succéderont à son départ de notre monde.

L’Esprit joue un rôle primordial pour les croyant.es et nous en oublions parfois la réalité spirituelle qu’il représente. Des communautés s’en sont appropriés l’exclusivité pensant revivre des moments de manifestations particulières dans leur culte, soit, mais l’Esprit vit et agit là où il désire souffler. Personne ne peut mettre la main sur l’Esprit du Seigneur.

A nous d’invoquer sa présence au moment de lire les Ecritures, au moment où nous cherchons à nous mettre à l’écoute de Dieu et de ce qu’il cherche à nous dire. Il est l’herméneute qui nous donne à comprendre le sens de l’écrit biblique pour nous et nos vies. Une chose est sûre c’est que l’Esprit est celui du Christ et du Père et non pas celui de nos fantasmes spirituels souvent empreints de toute puissance. L’Esprit est libre et rend libre.

A propos : si Jésus ne répond pas directement à la question de Jude, c’est sans doute nous qui devons vivre de ses paroles d’amour pour dire et manifester sa présence au monde. Ici pas d’effet d’annonce au monde entier, il s’agit plutôt de pratiquer au quotidien la manière dont nous avons compris son enseignement… alors au boulot, la tâche est grande et passionnante.

Jean Biondina, pasteur