Menu Fermer

… DANS LE CONFINEMENT, TROUVER DU SENS, SE RESSOURCER, PRIER – 7

Jeudi 8 avril

Marie Durand (1711 – 1776), protestante, huguenote, enfermée à la Tour de Constance pendant 37 ans pour cause de foi. Son objectif gravé sur la pierre : « Résister ». La force de la foi remplissait son esprit. Nelson Mandela (1918 – 2013), 27 ans en prison. Sa devise tirée du poème Invictus :   « Aussi étroit soit le chemin, nombreux les châtiments infâmes, je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme ». Rien ne peut l’asservir. En écho les mots de l’Apôtre Paul : « En effet, j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.» (Romains 8). Je reste entier quelle qu’elle soit la sombre vallée que je transite (Psaume 23). Je reçois la force du Vivant.

Un témoignage d’un malade, la cinquantaine, sportif, touché par le virus, soins intensifs, respirateur. Son objectif : « l’inspiration d’après ». Quelques mots croisés à la Poste au hasard d’une belle après-midi : Bonjour Madame, comment-allez-vous ? – Bien, on vit au jour le jour. Oui, c’est le cas de le dire -lui dis-je – on est en plein dans l’Evangile. Vu à la TV. Entretien avec Bertrand Picard. En 1999 il a fait le tour du monde en ballon avec Brian Jones. 19 jours dans un espace exigu, entourés de tous les appareils de mesure qui allaient rendre possible leur exploit. Comment-est-ce possible de tenir tant de jours ? « Il ne faut pas penser au jour de l’arrivée disait-il ». Vivre l’instant, quitter le mode comparatif, ne pas juger en fonction de ce qu’on a plus, ou de ce qu’on a perdu, et même pas de ce qu’on aura, ou on retrouvera.

On vit une période où tous les points de repère se déplacent. On ne les voit plus. On ne sait pas de quoi demain sera fait. Des infos, opinions, conseils, vidéos amateurs, paroles, analyses, projections de toute sorte se croisent, envahissent l’espace et frappent notre esprit et peuvent nous fatiguer. Demain c’est l’insécurité, un gros point d’interrogation.

Alors ? Vivre le présent, vivre l’instant. Le souffle qui m’est donné aujourd’hui, et que je partage avec mes proches, le soleil qui envahit ma chambre. Ajusté à ce cœur qui bat, me synchroniser à son rythme, ni plus ni moins. Au jour le jour. Passer au mode « temps-pour-soi-et-pour-nous » accepter de freiner et être freiné.  Dans cette disposition les meilleures qualités se mettent à l’œuvre. Laisser que le travail du dedans se fasse, même à notre insu. Dans l’attente, s’ouvrir à l’imprévu. Et le temps de se relever viendra.

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine ». Matthieu 6

Carlos Capo, pasteur